On a retrouvé le cœur d'Anne de Bretagne 😊

21 avril 2018

Cette pièce unique a été dérobée il y a une semaine au cours de la nuit du vendredi 13 au samedi 14 avril, à 3 h 30. 

Quatre individus, visages masqués, ont tenté de forcer l’entrée du musée archéologique Dobrée par la façade du bâtiment. Faute de succès, ils ont fait le tour et ont fracturé un accès par derrière

. À l’intérieur, ils ont explosé des vitrines à coups de masse, ainsi que le révèlent les images des caméras de vidéosurveillance, et fait main basse sur le reliquaire en or, pièce d’orfèvrerie exceptionnelle datant de 1514, ainsi que sur une cinquantaine de pièces d’or et une statuette hindoue dorée. 

Trois hommes, originaires de la région nazairenne, étaient en garde à vue vendredi 20 avril. Deux suspects, âgés de 22 et 23 ans, ont été mis en examen ce samedi pour association de malfaiteurs et vol de biens culturels. Ils ont été placés en détention provisoire.

Les deux suspects contestaient jusqu'à ce matin toute participation aux faits, selon une source proche du dossier. Deux autres individus sont toujours activement recherchés. "Pas de complicité interne" L’alarme du musée s’est déclenchée et le gardien sur place, n’a pas constaté de traces de vol.

« Mais aucune complicité interne n’est en cause dans cette affaire », précise le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. "Pas d’équipe structurée", à première vue Un des suspects est connu de la justice mais le vol, qui suscite beaucoup d’émoi à Nantes, semble porter la signature « de délinquants de droit commun », selon une source proche du dossier. « En l’état de l’enquête, rien ne laisse penser qu’il y a derrière une organisation ou une équipe structurée », confirme Pierre Sennès.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article